Et le travail… ?

  Est-ce que c’est difficile de trouver de la job à Montréal ? Est-ce que les diplômes sont reconnus ? Est-ce que c’est vrai que l’on trouve dès que l’on arrive sur place ? Est-ce que les recruteurs préfèrent l’expérience professionnelle aux diplômes ? Est-ce que l’on peut se faire virer du jour au lendemain ?  Beaucoup de questions, de mythes, et de désillusion…

Oui, il y a de la job à Montréal, mais personne ne vous connaît et vous attend avec un plateau d’argent et le tapis rouge ! Il faut faire ses preuves et réussir la fameuse première expérience canadienne pour que les portes s’ouvrent. Peu importe ton domaine, ton expérience passée, les employeurs ont besoin de savoir ce que tu vaux au Canada, avec leurs codes, et leurs règles.

Par où j’ai commencé alors ? … J’ai d’abord transformé mon CV en un format canadien [Google est ton meilleur ami], j’ai participé à pas mal de salons, forums, ateliers pour connaître le marché de l’emploi et les codes culturels québécois … (Je recommande le Salon de l’immigration et la Citim)

Les agences de placement (intérim) ont été un tremplin pour moi … Oui, je n’invente rien, mais c’est ce qui a marché pour moi et je vous avoue que j’ai été surprise de la réactivité des recruteurs… Ici, c’est eux qui viennent vous chercher sur LinkedIn, Indeed, et j’en passe; et si vous êtes prêt à vous retrousser les manches, à commencer en bas de l’échelle, quitte à faire des missions à plus d’une heure de chez vous (Yes I did It) , où à travailler sur des postes loin de vos attentes salariales et éloignés de vos études pour prouver votre motivation, alors vous êtes l’homme ou la femme de la situation [l’humilité précède la gloire]

Mon deuxième conseil c’est de réseauter… alors, dis comme cela, ça coule de source (pour certains), mais dans les faits, le réseautage c’est souvent après le travail (5@7), dans un lieu sympa avec collations, où tu te retrouves avec des parfaits inconnus, qui sont en recherche d’emploi la plupart du temps ou qui travaille et souhaite rencontrer de nouvelles personnes.  

Flippant non ? … Je l’avoue, je n’étais pas très à l’aise avec cette idée mais à force d’entendre que le RÉSEAU était la clé, je n’ai pas eu le choix. On est en Amérique du Nord et cela fonctionne comme ça, et puis? qui sait, peut-être que la personne avec qui tu parleras, connaît quelqu’un, qui connait quelqu’un…

Je me rappelle de mes premières soirées de réseautage où je me retrouvais dans un coin, seule, à observer tout le monde, et à me demander ce que je faisais là et comment j’allais faire pour engager la discussion. Avec le temps, je me suis rendue compte que j’étais de plus en plus à l’aise et c’est à la limite si je n’avais pas envie de faire un apéro avec des vieux amis [bon j’exagère mais ça pourra vous encourager et vous détendre d’entendre ça…]

Sortir de sa zone de confort, s’adapter…  vous vous rappelez de ce que je vous disais au début ? Il faut accepter les codes du pays dans lequel l’on vit, et au Canada en l’occurrence, c’est le réseautage qui ouvre les portes. D’ailleurs, il permet beaucoup plus que de trouver un travail, vous pouvez vous lier d’amitié, faire de belles rencontres, refaire le monde avec d’autres autour d’un verre, et en veux-tu en voilà…

Bref,

À vos marques, prêts, feu, R-é-s-e-a-u-t-e-z !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s